Croissance industrielle chinoise : divergence entre les données officielles et privées

Croissance industrielle chinoise : divergence entre les données officielles et privées
Cina

Dans le paysage financier global, les marchés asiatiques ont terminé la semaine sur une note optimiste, reflétant ainsi la tendance haussière de leur homologue américain, Wall Street. Parmi les indices notables, le Nikkei au Japon s’est distingué en enregistrant une croissance particulièrement vigoureuse. Ce mouvement ascendant des marchés asiatiques est intervenu alors que les investisseurs ont les yeux rivés sur un événement clé en Chine : la prochaine session de l’Assemblée populaire nationale. Durant cette réunion de grande envergure, le président chinois Xi Jinping est attendu pour livrer les perspectives économiques nationales pour l’année à venir.

Cet optimisme a été alimenté par un ensemble de données économiques en provenance de la Chine, qui ont capté l’attention des acteurs financiers internationaux. Un point d’intérêt particulier réside dans la divergence observée entre les indicateurs de croissance industrielle. En effet, les résultats officiels se sont confrontés à ceux issus de sources privées, instaurant ainsi un contexte d’anticipation et de spéculation à l’aube d’une semaine cruciale pour la deuxième plus grande économie du monde.

Le Nikkei a clôturé en hausse, bondissant de 1,9%. Cette performance remarquable a été suivie de près par le Hang Seng de Hong Kong et l’indice composite de Shanghai, qui ont respectivement grimpé de 0,73% et 0,4%. Aux États-Unis, les marchés ont également affiché une stabilité rassurante, avec un rendement de l’obligation du Trésor américain à 10 ans constant à 4,25%, tandis que les contrats à terme sur le Nasdaq ont légèrement progressé de 0,3%.

Toutefois, le panorama économique chinois a été quelque peu embrouillé par les dernières données sur la production industrielle. D’après les chiffres officiels divulgués par le Bureau des Statistiques de l’État (BES), le secteur a connu une contraction pour le cinquième mois consécutif. Cette baisse est principalement attribuée aux festivités du Nouvel An lunaire, période durant laquelle les activités des usines ralentissent ou cessent temporairement.

En contraste, une analyse indépendante réalisée par Caixin a apporté un éclairage différent. L’étude a révélé une croissance inattendue de l’activité industrielle, avec un indice PMI manufacturier s’établissant à 50,9 en février 2024, surpassant ainsi les attentes des marchés et contredisant l’aperçu fourni par les données gouvernementales.

Ce contraste pointe vers l’importance de l’événement phare qui se profile : la session de l’Assemblée populaire nationale qui débutera mardi. Il y a une grande anticipation autour des déclarations présidentielles attendues, qui devraient éclairer les objectifs de croissance économique de la Chine et les potentielles mesures de stimulation fiscale envisagées pour l’année 2024.

Une récente réunion du Politburo du Parti communiste a donné des indications sur la nécessité d’une politique de relance plus agressive, bien qu’il semble peu probable qu’un programme d’assistance massif soit dévoilé. La Chine est sous pression, notamment à la lumière des récents indicateurs moroses concernant la production industrielle.

Les analystes s’attendent à ce que Pékin fixe un objectif de croissance aux alentours de 5% pour 2024, maintenant ainsi une continuité avec le rythme de l’année précédente. Cependant, atteindre ce seuil pourrait s’avérer plus ardu, étant donné l’absence de l’effet rebond post-COVID-19, un levier qui avait soutenu l’économie en 2023.