Le redressement économique américain: croissance, emploi et inflation sous contrôle.

Le redressement économique américain: croissance, emploi et inflation sous contrôle.
USA

Alors que l’horizon politique des États-Unis se profile avec une élection présidentielle imminente, l’économie est entrée dans une année décisive avec une vitalité surprenante. Le président démocrate Joe Biden, sans directement s’en attribuer le mérite, a néanmoins mis en exergue la résilience et l’ingéniosité du peuple américain pour expliquer cette robustesse économique. Cependant, il est manifeste que les politiques mises en œuvre par son administration ont considérablement contribué au développement positif et à la dynamique de l’économie nationale.

En examinant les chiffres du dernier trimestre de 2023, on observe une croissance impressionnante avec un taux annuel de 3,3%, marquant ainsi le sixième trimestre consécutif où le produit intérieur brut (PIB) américain a enregistré une croissance annuelle de 2% ou plus. Ces résultats ne sont pas seulement des chiffres dans un rapport, mais des témoignages concrets d’une économie qui bat le plein.

Ce tableau économique est d’autant plus remarquable en considérant le contexte dans lequel il s’inscrit : des niveaux de chômage qui ont atteint des planchers historiques et une inflation qui a finalement amorcé une courbe descendante. La récession tant redoutée par les analystes semble avoir été esquivée, défiant ainsi les sombres prédictions qui hantaient l’opinion publique et les marchés financiers.

Le choix du Wisconsin pour la communication des résultats économiques par le président Biden n’est pas anodin. État pivot de la prochaine élection, il représente un symbole de la lutte politique qui se dessine pour le 5 novembre. Parallèlement, dans un jeu de miroirs politiques, les républicains projettent de tenir leur congrès à Milwaukee en juillet, où l’on attend avec anticipation la possible nomination de l’ancien président Trump comme candidat. Les démocrates leur répondront le mois suivant, juste de l’autre côté de la frontière à Chicago, dans l’Illinois.

Lorsque le président Biden relève que les experts avaient prédit l’imminence d’une récession dès son élection, il le fait avec une pointe de satisfaction, rappelant un titre du Wall Street Journal qui interrogeait : « Quelle récession ? ». En effet, malgré une politique de resserrement monétaire impulsée par la Réserve fédérale pour endiguer l’inflation, l’économie a défié les attentes et a clôturé l’année sur une croissance de 2,5% sur l’ensemble de l’année, contre 1,9% en 2022.

Biden ne manque pas de souligner que l’emploi, les salaires et la richesse sont désormais supérieurs à ceux d’avant la pandémie. Son administration a pris des mesures énergiques pour combattre l’inflation tout en stimulant les investissements pour soutenir l’économie. Le plan d’action visait à édifier un avenir solide pour les États-Unis avec des infrastructures renforcées et une réforme fiscale en phase avec les temps modernes, tout en mettant un accent particulier sur l’expansion de la classe moyenne.

Le ministère du Commerce, sous la direction de la ministre italo-américaine Gina Raimondo, attribue le rebond de croissance du quatrième trimestre à une hausse des dépenses de consommation, des exportations, et des investissements des États et collectivités locales. Un marché du travail dynamique a favorisé la création de nouveaux emplois, stimulant la croissance des salaires, ce qui a, en retour, soutenu la consommation et encouragé une croissance économique soutenue.

À l’aube de l’élection présidentielle, l’économie américaine se dresse donc comme un bastion de force. Le président Biden, en se présentant comme le garant de cette réussite économique, aspire à sceller son destin politique par un second mandat à la Maison Blanche, espérant que le bilan économique parlera en sa faveur.